Accueil du site > Rades, guinches, tapis francs, cabermuches, empoisonneurs patentés, (...)

Rades, guinches, tapis francs, cabermuches, empoisonneurs patentés, etc,.

Dernier ajout : 8 juin 2015.

Articles de cette rubrique

  • Le Poirier sans pareil - Histoire d’un bal perché

    8 juin 2015, par Léon la Lune

    Dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique, Le Vieux Montmartre, notre aimable collègue, M. Eugène Le Senne, a consacré une notice au Poirier sans pareil, cet arbre restaurant dont l’idée devait être reprise plus tard par un traiteur de Robinson, et où s’attablaient les amoureux. C’est encore à l’obligeance de M, Le Senne que nous devons de pouvoir reproduire le curieux document ci-contre, extrait, comme le précédent, d’un livre d’imagerie enfantine, bien que d’un ouvrage différent. (...)

  • Rixe au bal du Vieux-Chêne - 1851

    20 mai 2015, par Léon la Lune

    Une de ces rixes déplorables qui entraînent presque toujours mort d’homme a ensanglanté hier dans la soirée le bal dit du Vieux-Chêne, établissement public situé près de la caserne de la rue Mouffetard. La clientelle de ce Casino de bas-étage est loin d’être élégante et recherchée. C’est le rendez-vous ordinaire des ouvriers peaussiers, des tanneurs, des charretiers et autres industriels au langage trivial, à la rude écorce ; on ne doit guère s’étonner dès-lors que les beautés du lieu soient souvent le (...)

  • Une nuit d’Harlem à Montmartre - 1938

    8 avril 2015, par Léon la Lune

    Le Hot Club de France apportait, hier soir, sa contribution à la grande saison de Paris en organisant « La grande nuit du Jazz ». Dans le cadre du Moulin de la Galette se succédèrent sans interruption, de 22 heures à l’aube, les meilleures formations, les solistes les plus réputés de Paris. On dansait avec les premiers, on écoutait les seconds. Et il ne fallut pas longtemps pour que l’ambiance fut créée. Malgré les grandes dimensions de la salle. la température s’éleva rapidement et après que (...)

  • Caboulots et caboulotières - 1860

    22 octobre 2014, par Léon la Lune

    La dernière ressource La dernière ressource des femmes qui n’ont plus de ressources, le dernier asile de celles qui n’ont plus d’asile, c’est le caboulot. C’est là que l’on retrouve toutes celles qui ont survécu et qui n’ont pas eu l’habileté ou la bonne fortune d’assurer l’aisance et le repos à leurs derniers jours : quelques-unes, maigres et usées ; d’autres, avec l’embonpoint d’une maturité bien portante. Elles continuent sur cet échelon inférieur leur vie d’oisiveté, de hasards et de (...)

  • Bouis-Bouis, bastringues et caboulots de Paris - Le Casino - 1861

    11 juin 2014, par Léon la Lune

    Le Bal En voici, pour le coup, un beau bastringue ! Toutes les séductions imaginables s’y sont donné rendez-vous. Tous les arts ont été invités à le décorer, sous l’inspiration de Charles Duval, un de ces architectes comme on n’en fait plus. La baguette magique de Daudé, l’organisateur des fêtes du Jardin d’hiver, y a enfanté tout un monde d’agréments variés. Il y en a pour tous les sens et pour tous les goûts. Malheureusement, ce bal ne se recommande pas seulement par sa décoration et par l’orchestre (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35