Accueil du site > Alex. Privat d’Anglemont > La couturière de Privat

La couturière de Privat

lundi 25 juin 2012, par Léon la Lune

L’Eclipse attribue à Privat-d’Anglemont un trait tout à fait digne de ce roi de la basse bohème.

Il avait trouvé un moyen ingénieux de sacrifier à la tyrannie du costume, sans orner son domicile d’aucune couturière. Il entrait dans la loge du premier concierge venu, à l’épouse duquel il tenait à peu près ce langage :

— Madame, j’ai une visite à faire chez un de vos principaux locataires mais je m’aperçois à l’instant même qu’il me manque un bouton. Seriez-vous assez bonne pour me le remplacer ?

Comment refuser un service si mince à un homme si poli ? Le bouton était bien vite remis, puis un autre, et parfois un troisième.

— Me voilà présentable, disait alors Privat mais, toute réflexion faite, je ne rendrai ma visite que demain. Je ne vous remercie pas moins de votre complaisance.

Le Figaro - 20 février 1869

Répondre à cet article