Accueil du site > Rades, guinches, tapis francs, cabermuches, empoisonneurs patentés, (...) > Rixe au bal du Vieux-Chêne - 1851

Rixe au bal du Vieux-Chêne - 1851

mercredi 20 mai 2015, par Léon la Lune

Une de ces rixes déplorables qui entraînent presque toujours mort d’homme a ensanglanté hier dans la soirée le bal dit du Vieux-Chêne, établissement public situé près de la caserne de la rue Mouffetard.

La clientelle de ce Casino de bas-étage est loin d’être élégante et recherchée. C’est le rendez-vous ordinaire des ouvriers peaussiers, des tanneurs, des charretiers et autres industriels au langage trivial, à la rude écorce ; on ne doit guère s’étonner dès-lors que les beautés du lieu soient souvent le sujet de violentes querelles et même de rixes sanglantes.

JPEG - 286.4 ko
Illustrations de La Grande ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique. H. Emy, Honoré Daumier, Gavarni [et al.], dess. et grav. ; Paul de Kock, aut. du texte - 1844
Source

Hier soir, les verres se choquaient, la musique mêlait ses accents sonores aux cris des danseurs, le bal du Vieux-Chêne était enfin dans toute sa mâle élégance, quand tout-à-coup deux hommes se prirent de dispute, des mots on en vint bientôt aux mains, et l’un d’eux, le nommé M..., sortant rapidement un couteau-poignard de sa poche, l’ouvrit, et en frappa son adversaire au côté gauche de la poitrine. Le blessé, le nommé Barbet, s’arrêta instantanément, la lame du poignard avait traversé le poumon ; il s’affaissa sur lui-même, inondant le parquet de son sang ; tandis qu’à la vue du crime qu’il venait de commettre, et écartant violemment ceux qui tentaient de s’opposer à sa fuite, M... gagna la rue et disparut aux regards de ceux qui le poursuivaient.

L’état de Barbet inspire de vives inquiétudes ; il a été transporté à l’hospice de la Pitié. Quant à l’auteur de cette tentative de meurtre, le nommé M..., des inspecteurs du service de sûreté sont parvenus dans la soirée même à opérer son arrestation, et il est en ce moment sous la main de la justice.

Gazette des Tribunaux - 9 avril 1851

Répondre à cet article