Histoire des Jardins du Luxembourg

Aux jardins du Luxembourg à Paris. La ville sur la Seine est considérée comme l’une des plus belles métropoles du monde et inspire par d’innombrables curiosités comme la Tour Eiffel, le Louvre ou ses palais et parcs historiques, qui ont pour la plupart été construits à la demande de divers monarques. Le Parc Jardin du Luxembourg en est un exemple. Dans cet article, vous en apprendrez plus sur le célèbre Parc Jardin du Luxembourg, qui est considéré comme l’un des plus beaux parcs de Paris !

 

Histoire du Jardin du Luxembourg

Les origines du Jardin du Luxembourg remontent au début du XVIIe siècle. Vers 1612, Marie de Médicis, veuve du roi Henri IV, a fait construire le jardin, qui devait faire partie de son palais de campagne. Certaines parties du jardin sont basées sur les plans du Palazzo Pitti de Florence, où Marie a passé son enfance. Tant par Louis XIV au XVIIe siècle que sous le règne de Louis XVIII au XVIIIe siècle, le Jardin du Luxembourg a connu des changements structurels majeurs. Pendant la Révolution française, le jardin a été à nouveau agrandi par des terrains d’église expropriés. Napoléon III réduit à son tour la taille du jardin en réaménageant la rue Auguste Comte et en construisant de nouvelles maisons, ce qui fait que la pépinière et le jardin botanique perdent définitivement une grande partie de leurs terrains. Cependant, même ces nombreuses modifications de la structure du jardin n’ont pas pu empêcher le jardin de conserver son atmosphère de style italien.

 

Architecture et caractéristiques du Jardin du Luxembourg

À l’emplacement du jardin actuel, il y avait à l’origine un vaste jardin de style Renaissance, qui a ensuite été transformé en jardin baroque sous Marie de Médicis par ses architectes. A l’extrême nord se trouve le Palais du Luxembourg, où se réunit aujourd’hui le Sénat français. Juste à côté se trouve le Petit Palais, qui est utilisé comme résidence officielle du président du Sénat. Une orangerie et le plus ancien musée public de France, le Musée du Luxembourg, y sont également rattachés. À l’est du jardin se trouve l’École des Mines, une université exclusive pour les ingénieurs. En regardant vers le sud depuis le palais, des parterres et des terrasses à la disposition géométrique s’ouvrent, qui sont un excellent exemple de l’art des jardins à la française. Au centre de cette partie se trouve le bassin central avec sa fontaine, qui invite à s’attarder.

En revanche, les parties sud-ouest et ouest du jardin ont été aménagées selon le modèle de la conception des jardins anglais. L’ensemble du Jardin du Luxembourg est décoré d’environ 80 magnifiques sculptures, ainsi que de vases et de pavillons. Pour la population parisienne, le Jardin du Luxembourg est considéré comme un “salon étendu” et le nombre de visiteurs témoigne de la popularité du jardin en tant que lieu où le Parisien aime passer son temps libre, se détendre ou faire du sport.

 

La Fontaine des Médicis – l’endroit le plus romantique de Paris

Lors de la visite du Jardin du Luxembourg, il faut absolument faire un détour par la Fontaine de Médicis, qui a la réputation d’être le lieu le plus romantique de Paris. En fait, il y a quelque chose d’enchanté dans ce paysage de fontaines ressemblant à des grottes, qui rappelle les fontaines italiennes. Construite à l’origine en 1620, la fontaine a été déplacée à son emplacement actuel au milieu du XIXe siècle dans le cadre du réaménagement de la rue de Médicis, prolongée par des statues et intégrée dans l’architecture du jardin. La Fontaine de Médicis est sans conteste l’une des plus belles fontaines de Paris – pas étonnant que des demandes en mariage soient régulièrement faites à cet endroit.

 

Le méridien zéro de Paris

Le terme méridien zéro est utilisé pour décrire une ligne verticale perpendiculaire à l’équateur, du pôle nord au pôle sud. Un tel méridien traverse Paris et son observatoire depuis sa définition en 1718. Louis XIV fait réaménager le Jardin du Luxembourg pour que la vue puisse être dirigée directement vers l’observatoire. Aujourd’hui encore, on trouve au Jardin du Luxembourg de petits médaillons en métal portant l’inscription Arago (en l’honneur de l’astronome François Arago), qui indiquent le parcours du méridien zéro. Au total, 135 médaillons ont été posés à Paris. Cependant, le méridien origine de Paris n’est plus utilisé aujourd’hui, il a été remplacé par le méridien origine de Greenwich.