Les stations dites “fantômes” du métro de Paris

Savez-vous que dans le sous-sol de la capitale de la mode se trouvent des stations de métro abandonnées appelées « fantômes » ? Même si ces anciens métros ne figurent plus dans le plan d’urbanisme actuel, ils sont bel et bien présents en dessous des différentes infrastructures remarquables de la vieille ville de Paris. Aujourd’hui, ces stations de métros parisiens oubliés sont devenues un sujet attirant l’attention de nombreuses personnes telles que les historiens et les touristes. De plus, elles sont ouvertes au grand public, à condition de réserver les billets pour pouvoir profiter d’une visite guidée en ligne.

14 stations fermées dans tout Paris

Les « fantômes » ont été obligatoirement fermés lors de la première participation de la France à la seconde guerre mondiale du septembre 1939. Depuis ce temps, certaines stations fermées n’ont jamais rouvert ses portes pour les usagers et les contribuables. À la fin de la guerre et au début de la « libération », les stations qui étaient trop proches de réseaux voisins et trop utilisées ne furent pas rétablies dans le service. Ainsi, l’Arsenal, le Martin-Nalaud, le Porte des Lilas, le Saint Martin, la Croix Rouge et le Champ-de-Mars sont devenus des stations fantômes ou oubliées. D’autres ont été renouvelés ou ont disparu au fil du développement de la ligne de métro parisien. Par ailleurs, deux stations ont également été construites, mais n’ont pas accueilli des voyageurs jusqu’à aujourd’hui pour la seule raison qu’elles ne possèdent pas des circuits menant à la voie publique. Enfin, trois stations ont été construites, mais n’ont jamais été utilisées en tant que ligne de métro officiel de la capitale. En somme, Paris possède donc 14 stations fantômes que vous pouvez visiter facilement. Pour ce faire, il vous suffit de réserver vos billets auprès d’une agence en ligne.

Les stations de métro jamais ouvertes

Deux stations du métro de la ville Paris ont été réalisées sur des réseaux. Toutefois, celles-ci n’ont pas été accessibles au moindre voyageur suite à l’inexistence des accès extérieurs. Il s’agit entre autres de la station Haxo et Porte Molitor. Seules quelques circulations lors d’une expédition spéciale permettent au grand public de les visiter jusqu’en 2007. Pour information, la station Porte Molitor est un métro construit sur une transition dite « voie Murat », entre les lignes 9 et 10. À l’origine, elle est destinée au transport des supporteurs du stade du Parc des Princes chaque fois que le club de la capitale joue un match le soir. Cependant, l’exploitation trop sophistiquée a entrainé l’abandon du projet et les accès au réseau ne furent jamais bâtis. Les voies servent désormais de garage pour les trains. De son côté, la station Haxo est équipée d’une voie unique, nommée aussi « voie des Fêtes », qui reliait la Place des Fêtes à Porte des Lilas à une station de métro intermédiaire. Cette dernière est destinée à raccorder les lignes 3 et 7, qui ne sont autres que les stations 3 bis et 7 bis à l’heure actuelle. Toutefois, il a été décidé de n’installer qu’un simple réseau de navettes directes entre les deux lignes. Depuis cette décision, la station métro de Paris nommée Haxo n’a jamais accueilli des voyageurs.

Les stations définitivement fermées

Trois stations de métro de Paris ont été définitivement fermées depuis le début de la Deuxième Guerre mondiale. Il s’agit entre autres de la station Arsenal, Croix-Rouge et Champ-de-Mars. Étant la plus ancienne, la première, plus précisément la station Arsenal a été aménagée suite à l’initiative et la volonté de former les ingénieurs et techniciens en électricité. Ensuite, la station Croix-Rouge fut transformée par un expert dans l’aménagement des villes avec des chaises longues. En outre, deux autres stations de métro de Paris sont ouvertes au grand public, mais possèdent des angles morts, c’est-à-dire des réseaux inaccessibles. La station Porte des Lilas-Cinéma est l’un des accès invalides. Par contre, la station Porte des Lilas-Cinéma est utilisée par des réalisateurs de cinéma ou de publicité. Pour information, nombreux sont les films français tournés dans ces métros fantômes qui ont connu des succès vers les années 90.

Les stations fermées puis rouvertes

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, l’État français met en place un plan d’urbanisation qui prévoyait un service réduit sur tous les réseaux métropolitains de l’hexagone. Ainsi, seules 85 stations de métro réparties dans chaque département demeurent ouvertes aux voyageurs. Ensuite, la plupart des stations fermées deviennent de nouveau accessibles dans les années 60 et 70. Cependant, quelques réseaux de métro parisien considérés comme des zones peu fréquentées et peu rentables restent oubliés pendant une longue période. Une seule station, Saint-Martin, rouvre ses réseaux après « la Libération ». Situé en plein centre des Grands Boulevards, ce métro connaît une fréquentation importante. Pourtant, la ligne est désormais refermée suite à une situation de rapprochage avec Strasbourg — Saint-Denis. En effet, seulement 100 mètres séparent les deux stations. Aujourd’hui, les guides touristiques qui organisent une visite au grand public affirment qu’une partie de ce métro est utilisée par l’Armée du Salut.