Toutes les légendes de la Cour des Miracles

Vous vous souvenez peut-être du film populaire de Disney Le Bossu de Notre-Dame, mais saviez-vous que son matériel source, le roman de Victor Hugo, était inspiré d’une société réelle et complexe de mendiants, de voleurs et de travailleuses du sexe qui vivaient dans des bidonvilles de Paris du 17ème siècle ? Ces bidonvilles étaient répartis dans toute la ville, augmentant en nombre en raison de l’augmentation du sans-abrisme. L’historien Henri Sauval a qualifié ces bidonvilles de Cours de Miracles, ou « Cour des miracles », du nom des mendiants qui se déguisaient en invalides ou malades pendant la journée, mais retourne dans les bidonvilles « miraculeusement » guéri. Ces bidonvilles étaient un système complexe de lois, de dirigeants et certains groupes avaient même leur propre langue. Il y avait des initiations, des règles et même une hiérarchie ressemblant à la Cour française actuelle.

 

Contrairement à d’autres villes avec un seul, Paris comptait de nombreux bidonvilles

La France du XVIIe siècle a été marquée par un afflux de personnes s’installant à Paris pour tenter de gagner leur vie. Cependant, tout le monde n’a pas prospéré et beaucoup ont fini par vivre dans la rue, devant recourir à la mendicité pour survivre. Au fur et à mesure que la population des sans-abris à Paris augmentait, principalement sous le règne du roi Louis XIV, le nombre de places dont ils disposaient pour trouver un abri augmentait également. Ces bidonvilles étaient répartis dans toute la ville, et bien qu’il ne fût pas inhabituel pour une grande ville à l’époque d’avoir un ou deux bidonvilles, on pensait que Paris en comptait une douzaine ou plus. Ces bidonvilles abritaient les personnes les plus pauvres de la société et étaient désignés sous le nom de « Cour des miracles ».

 

La “ cour des miracles ” était le nom qui désignait tous les bidonvilles parisiens

Le terme « Cour des Miracles » était ce qui était utilisé pour désigner les bidonvilles parisiens composés de mendiants, de voleurs et de travailleuses du sexe, et c’était ce qui était utilisé pour désigner les bidonvilles parisiens qui abritaient ces personnes. Plutôt qu’un seul domaine, la « Cour des Miracles » était un terme général qui désignait tous les bidonvilles de Paris. Le plus connu de ces bidonvilles siégeait entre la rue du Caire et la rue Réaumur, et s’appelait le Grand Cours de Miracles, ou la « Grande Cour des Miracles ».

 

Les mendiants ont été guéris de leurs maux dès qu’ils sont rentrés chez eux – d’où les “ miracles ” dans le nom

La “Cour des Miracles” tire son nom de la façon dont les gens qui résidaient dans ses confins gagnaient leur vie : en prétendant souffrir de maladies spécifiques afin de gagner la sympathie et l’argent du public plus riche. Le jour, ces mendiants étaient amputés, aveugles, sourds, épileptiques, en proie à la maladie, etc. Cependant, la nuit, ces mêmes personnes ont été « miraculeusement » guéries de leurs faux maux. Les handicapés ont jeté leurs cannes, les amputés ont déshabillé leurs membres engourdis, l’eczéma a lavé leur maquillage

 

Les structures sociales délimitent le statut entre différents types de mendiants et de voleurs

Il y avait de nombreuses classes de personnes qui opéraient au sein de la structure de la « Cour des miracles », et cette séparation se prêtait à une hiérarchie auto-imposée. Les gens étaient classés en fonction du type spécifique de mendicité ou de vol auquel ils participaient, et les structures se sont même effondrées davantage à l’intérieur de ces limites. Différentes classes comprenaient les narquois, ceux qui prétendaient être des soldats blessés ; les malingreux, qui feignaient les maladies ; les marfaux, en quelque sorte des agents des travailleuses du sexe ; et les noms ne classaient pas seulement ces personnes non plus. Certaines classes, si elles sont inférieures à d’autres, avaient des restrictions. Les courtauds de Boutange ne pouvaient mendier qu’en hiver.

 

Chaque groupe social avait ses propres lois, son argot et son chef

Puisqu’il y avait tant de classes dans le système de la « Cour des miracles », certaines se sont transformées en mini-sociétés au sein desquelles il y avait des lois, des dirigeants et même un argot appartenant uniquement à ce groupe. Bon nombre des noms classant les différents types de personnes au sein du système provenaient de l’argot utilisé par les mendiants et les voleurs eux-mêmes.

L’ensemble du système était également structuré. Il y avait un chef de tous les mendiants, d’abord appelé le ragot puis plus tard le chef-coësre. C’était essentiellement le roi des mendiants, et il avait ses propres lieutenants, appelés Ducs. Au-dessous d’eux se trouvaient les archissupots, qui étaient d’anciens élèves qui se chargeaient d’enseigner l’argot aux nouveaux mendiants.

 

Les voleurs étaient les groupes sociaux les plus organisés

Pour être un vrai voleur dans la “Cour des Miracles”, vous ne pouvez pas simplement être doué pour cueillir les poches. Il y avait des règles à suivre, et certains voleurs étaient même enseignés par des personnes de rang supérieur. Le vol à Paris à cette époque n’était pas sans rappeler un apprentissage. Il y avait un test pour entrer, un enseignement des compétences et une rémunération appropriée ou « emploi » pour chaque personne au sein de ces « guildes ». Un autre aspect important de ces groupes était de s’assurer qu’il n’y avait pas trop de voleurs dans une zone donnée, ce qui signifie que l’organisation devait être assez minutieuse pour éviter que cela ne se produise tout en s’assurant que tout le monde était correctement « employé ».

 

Il y avait un “ rite de passage ” spécifique qu’il fallait traverser pour faire partie de la “ cour des miracles ”

Dans toute société, il y avait certains règlements qui dictaient la vie à la « Cour des miracles ». Plus précisément, devenir coupeur de bourse impliquait un dangereux rite de passage. Deux actions ont dû être menées à bien, avec succès. La première était difficile, mais relativement sûre : ouvrir un sac à main avec des cloches attachées, sans faire de bruit. Le second était plus dangereux : les vétérans coupeurs de bourses emmenaient les nouvelles recrues dans un lieu public et leur ordonnaient de ramasser des poches. Une fois que la recrue avait une cible, les vétérans criaient « voleur » et attrapaient le pickpocket. Cela a créé suffisamment de détournement pour permettre aux autres voleurs de couper sournoisement plus de bourses sans être détectés. Parfois, les compagnons laissaient le voleur maintenant initié se débrouiller seul dans la foule en colère.