Que savez-vous sur l’Histoire des égouts de Paris ?

Les villes modernes disposent de mécanismes très complexes pour fonctionner correctement et offrir à leurs habitants des conditions de vie raisonnablement décentes et hygiéniques. Les massifs égouts souterrains de Paris jouent un rôle important dans le maintien de l’hygiène civique. Sans eux, la ville pourrait sombrer dans un fossé de saleté et de maladie.

Les égouts de Paris

Les égouts de Paris sont un système souterrain de drains et de cours d’eau qui éliminent les déchets générés dans la ville et apportent également de l’eau douce dans la ville. Ces égouts souterrains reproduisent exactement les frais généraux des rues. Tous les bâtiments de la ville sont reliés aux égouts. Les déchets et les eaux usées sont acheminés vers des stations d’épuration ; ils ne sont pas directement rejetés dans la Seine.

Le réseau d’égouts souterrain de Paris est le plus grand du monde. Si vous étiriez les pipelines, ils couvriraient plus de 2 100 km. Chaque jour, plus de 1,2 million de mètres cubes d’eaux usées transitent par ces égouts.

Pourquoi les égouts de Paris ont-ils été construits ?

Les égouts de Paris ont été construits pour évacuer les eaux usées et canaliser l’eau propre. L’objectif final était de faire de Paris une ville plus vivable pour ses citoyens. Croyez-le ou non, ce n’était pas le cas pendant assez longtemps.

Sur le site où se trouve actuellement Paris, il y avait autrefois un nom de ville romaine Lutèce. Si vous avez lu les bandes dessinées Astérix et Obélix, il est fréquemment mentionné dans ces histoires comme Lutetia. Quoi qu’il en soit, les Romains étaient des ingénieurs de première classe et connaissaient l’importance des drains et des égouts pour se débarrasser des déchets et des eaux usées. C’était probablement supportable de vivre à Lutèce à leur époque.

Les choses ont cependant changé au Moyen Âge. Ils sont aussi souvent appelés les âges des ténèbres et pour une bonne raison. Les gens ont commencé à négliger la propreté personnelle et il n’était donc pas question de maintenir une hygiène civique. Tout le monde a jeté des déchets animaux et humains et des eaux usées dans les rues non pavées ou les a dirigées vers les champs. La situation a été encore exacerbée par le drainage de tous les déchets dans la Seine. Ainsi, les rues puaient et la rivière puait, et les gens toléraient de vivre dans ces environs puants comme une réalité.

Ils se sont couverts le nez et ont proposé de nouvelles idées de mode pour lutter contre la pollution. Les femmes ont pris l’habitude de porter des parasols pour protéger les ordures jetées par les fenêtres suspendues. Les hommes, quant à eux, ont adopté l’habitude chevaleresque de marcher plus près de la rue pour être débarqués avec les eaux usées plutôt que leurs dames.

Alors que la population augmentait, les autorités parisiennes ont tenté de lutter contre le problème des déchets avec des puisards et des puisards. Un effort a été fait pour collecter tous les déchets de la ville pour les y déposer. Cependant, de nombreuses personnes ne pouvaient pas ou ne voulaient pas payer pour ce service. C’était tellement plus facile de vider le pot de chambre par la fenêtre. De plus, ni les puisards ni les puisards ne fonctionnaient trop bien. Les fosses d’aisance rendaient le sol fétide et les fosses étaient difficiles et salissantes à nettoyer régulièrement.

Ce manque général d’assainissement et de propreté était courant dans la plupart des villes médiévales européennes, pas seulement à Paris. C’était l’une des principales raisons des fréquentes épidémies qui ont tué des milliers et des milliers de personnes.

Qui a construit les égouts de Paris ?

Phillipe Auguste a gouverné la France de 1180 à 1223. Marre des rues sales et boueuses de Paris, il a ordonné aux autorités civiques de les paver. Ce faisant, il a également ordonné un drain au centre des rues pour évacuer les eaux usées. Ce sont les premiers drains officiels à Paris. Bien qu’ils aient été utiles dans une certaine mesure, leur nature ouverte a rendu une puanteur et la propagation de la maladie inévitables.

Lorsque les autorités civiques ont pris conscience de cela, elles ont commencé à envisager l’idée de drains couverts puis d’égouts souterrains pour éliminer les déchets et les eaux sales de l’enceinte de la ville.

Un prévôt parisien du nom de Hugues Aubriot fit construire un égout en pierre avec une voûte pour les eaux usées dans la rue Montmartre en 1370. Il s’agissait du premier drain fermé de Paris. Connu sous le nom d’égout de Ménilmontant, il acheminait les eaux usées de la rive droite de la Seine jusqu’au ruisseau du Ménilmontant.

Après la construction du premier égout souterrain en 1370, le gouvernement français a continuellement ajouté, agrandi, réparé et modernisé les égouts. On pourrait dire qu’ils sont restés un travail en cours pendant des centaines d’années.

Sous le roi Louis XIV et, plus tard, Napoléon Bonaparte, les autorités parisiennes ont construit un vaste système d’égouts souterrains. Celles-ci étaient plus grandes pour accueillir les déchets générés par la population croissante de la ville. Cependant, les déchets sont toujours allés dans la Seine et, par conséquent, ont continué à provoquer des maladies comme la typhoïde et le choléra.

Il est devenu clair que la ville avait besoin d’un meilleur système d’égouts. Napoléon Ier ordonna la construction d’un réseau d’égouts de 30 km. Il était voûté et fut le premier égout parisien construit de cette manière.

En 1850, Napoléon III et le baron Haussmann, préfet de la Seine, ont commencé à transformer Paris avec de nouveaux et larges boulevards. À cette époque, ils ont embauché Eugene Belgrand, un ingénieur, pour concevoir et superviser la construction de nouveaux égouts. En 1878, Eugène Belgrand avait construit un nouveau système d’égouts de 600 km de long avec un réseau d’eau potable, un réseau d’eau pour le nettoyage des rues, un réseau d’égouts sanitaires et un réseau pour les eaux usées.

Ces drains de grande taille de six pieds de haut étaient faits de grès et comportaient des routes sur lesquelles les égoutiers pouvaient facilement marcher pour faciliter le nettoyage des égouts. Les travailleurs des égouts utilisaient des bateaux pour transporter les boues des égouts vers des barges qui les emportaient et les déposaient ailleurs. Parfois, les boues étaient également éliminées par des trous d’homme.

Belgrand a également construit une station d’épuration pour traiter les déchets. En outre, il a construit des aqueducs qui ont apporté de l’eau potable à la population parisienne. De 1880 à 1914, plus de la moitié des bâtiments parisiens sont reliés aux égouts.

Il y a eu une baisse spectaculaire des cas de typhoïde et de choléra à Paris en raison du nouveau réseau d’égouts de Belgrand. Les autorités françaises ont continué à construire ce système d’égouts jusqu’en 1930. À ce stade, presque toutes les rues parisiennes avaient un égout en dessous. Désormais, les déchets des égouts étaient acheminés vers la nouvelle station d’épuration d’Achères pour le traitement des eaux usées industrielles.

À un moment donné, des conduites de gaz ont également été installées dans les égouts. Cependant, après que des fuites de gaz aient provoqué des explosions à l’intérieur des égouts, les autorités ont supprimé les conduites de gaz.

Modernisation des égouts de Paris

En 1977, il y avait 1000 km de nouveaux égouts. La station d’épuration d’Achères est devenue l’une des plus grandes du genre en Europe. Les autorités ont également construit d’autres usines de traitement des déchets comme Noisy-le-Grand, Valenton et Colombes.

Dans les années 1990, le maire de Paris de l’époque, Jacques Chirac, entreprend la modernisation des égouts. Le projet a coûté plus de 152 millions d’euros. Les autorités françaises ont réparé de nombreux égouts existants, en ont construit de nouveaux et ont installé un système informatisé de gestion des déchets.

Les égouts de Paris en littérature

L’une des mentions les plus notables des égouts parisiens se trouve dans le célèbre roman de Victor Hugo de 1862 « Les Misérables ». Ici, les égouts font partie de l’histoire et servent de cachette ainsi que de lieu d’évasion pour le personnage principal. La représentation des égouts par Victor Hugo est assez exacte car il a obtenu la plupart de ses informations factuelles d’Emmanuel Bruneseau, un inspecteur des égouts qui a cartographié les égouts.

Les égouts figurent également dans « La ville souterraine », le roman de 1958 de HL Humes, dans « Le fantôme de l’opéra », dans « Le pendule de Foucault » d’Umberto Ecco et dans « Ratatouille ».